Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 14:13

Il y a quelques semaines, devant des collabos réunis à la mairie de Port-Bouët, Jean-Marc Simon, l’ambassadeur qui se prend décidément pour un gauleiter, savourait son plaisir d’avoir restauré par le fer et par le feu l’houphouéto-foccartisme. Il vient de remettre ça dans les colonnes de L’Intelligent d’Abidjan, cette fois, sous la forme d’une interview puant son bidonnage à plein nez. Toutes les questions avaient manifestement été composées en fonction de la « vérité » officielle made in Sarkosie, que le gauleiter avait sans doute reçu l’ordre de répandre parmi ses sujets. Remarquez, c’est de bonne guerre : quand le pêcheur de gros raconte sa dernière prise, ce qu’il  veut qu’on admire, c’est son adresse, sa ténacité, sa prouesse ; ce n’est pas la lutte héroïque de sa victime pour échapper à sa capture…

Je ne voudrais pas avoir l’air d’accuser les journalistes interviewers. Les questions qu’ils ont posées pouvaient très bien leur voir été suggérées, voire même fournies, par les propres services de l’interviewé. Ce ne serait pas la première fois… Et puis, ne dit-on pas : « Qui paie le bal mène la danse » ? Aujourd’hui, mis à part les journaux bleus dont on maltraite les dirigeants, combien de nos organes d’information sont vraiment libres et indépendants par rapport aux officines où se fabrique la pensée unique compatible Françafrique ? Devant les flots d’encens répandus par le gauleiter Simon sur « L’Intelligent d’Abidjan », difficile de ne pas suspecter l’indépendance de ce quotidien vis-à-vis de l’ambassade de France. Mais passons…

Fort heureusement, ce n’est pas encore demain la veille qu’un ambassadeur de France ou d’ailleurs nous fera prendre ses vessies pour des lanternes. Un jour plein après la publication des déhontées « vérités » simoniennes, même les collabos les plus capés ne s’étaient toujours pas rendu compte que leur maître à penser avait parlé ! Et, si des journalistes de L’Intelligent d’Abidjan ne s’étaient pas déplacés exprès pour les en informer, ils l’ignoreraient encore à l’heure où j’écris ces lignes… Or, si même ces gens-là sont tellement indifférents à ce qu’à raconté le grand stratège de la contre-révolution houphouéto-ouattariste, il n’y a guère à craindre que son interview bidon change l’opinion de la majorité des Ivoiriens sur le coup d’Etat du 11 avril 2011, ou sur les conspirations successives qui, depuis le 7 décembre 1993, l’ont préparée.

Reste que pour le proconsul français, l’important n’était peut-être pas tant d’être cru sur parole, que de bien faire comprendre à ces peuples rétifs par nature, auxquels son prédécesseur Gabriel Angoulvant rêva jadis de substituer des populations soudaniennes réputées plus dociles et plus malléables, qu’il assumait toutes les dérives, tous les forfaits de ce régime fantochard dont il est tout à la fois le parrain, l’architecte et le guide.  Sans états d’âme…

Marcel Amondji

  

Extraits commentés de l’interview de Jean-Marc Simon

(Source : L’Intelligent d’Abidjan 21 novembre 2011)

 

J.M. Simon : […]. Je dois dire aujourd’hui que l’image offerte aux visiteurs et aux citoyens est plutôt encourageante et réconfortante. La ville est propre, la sécurité règne […]. 

 

 M. Amondji : J.M. Simon doit avoir une notion très personnelle de la sécurité pour nier aussi effrontément l’insécurité dont tout le monde se plaint, à commencer par ses propres services. A preuve, cette mise en garde du Consulat général de France (Bulletin d’information du vendredi 25 novembre 2011) : « Une recrudescence d’actes avec violence est à déplorer depuis plusieurs jours. Il s’agit souvent de vols de voiture sur la route, d’incursion dans des logements avec vol et menaces. Ils sont souvent le fait d’individus armés qui opèrent à toute heure y compris sur des grands axes. Il convient d’être plus vigilant. »  

 

L’Intelligent d’Abidjan : La France, votre pays, a hier volé au secours de la Côte d’Ivoire pour payer les salaires des agents et fonctionnaires de l’Etat. Vous venez d’apporter une aide de 520 millions de FCFA au Fonds social de développement. Quel est le sens de ces gestes pour la France ? 

JMS : Après la crise terrible qui a ravagé ce pays, la fermeture des banques, l’interruption des activités économiques, la politique de la « terre brûlée » pratiquée par les partisans de M. Gbagbo […].

 

MA : Etranges, ces guillemets autour de « terre brûlée » ! Cela tend à confirmer que ce n’est pas une vraie interview, mais un texte déjà écrit que ces journalistes ont reçu.

 

L’Id’A : Excellence, le camp Gbagbo vous a accusé d’avoir kidnappé le président de la CEI, Youssouf Bakayoko, et de l’avoir conduit manu militari au QG de son adversaire au Golf Hôtel pour falsifier le verdict des urnes. Que s’est-il passé ce jour-là ? 

JMS : Même dans les mauvais films de série B, les diplomates ne kidnappent pas les présidents d’institutions… Il serait temps d’en finir avec cette rumeur désobligeante. Désobligeante pour moi-même – ça n’a que peu d’importance – mais aussi pour le président de la Commission électorale indépendante, qui a agi comme il s’en est exprimé lui-même à plusieurs reprises depuis, selon sa conscience et en prenant lui-même des risques et ses responsabilités. Il faut plutôt rendre hommage au courage de M. Youssouf Bakayoko dans ces circonstances et ne pas aller chercher de pression ou de manœuvre de quiconque.

 

MA : Les interviewers  se sont bien gardés d’interroger J.M. Simon sur les raisons impérieuses qui, selon lui, incitèrent Youssouf Bakayoko et Yacouba Bamba à aller chercher asile dans un luxueux hôtel de Neuilly-sur-Seine, aux frais des contribuables français, plutôt qu’à l’hôtel du Golf où ils avaient frauduleusement proclamé leurs résultats du scrutin présidentiel sous la protection des « Forces nouvelles », de l’Onuci et de la « Force Licorne », et sur ceux qui les aidèrent à sortir du pays sans être aperçus. Pourquoi ? Serait-ce parce qu’il n’aurait pas pu leur répondre sans se ridiculiser ?

 

L’Id’A : Comment appréhendez-vous les discours des proches de l’ancien régime à l’égard de la France ? Avez-vous le sentiment de n’avoir pas fait ce que vous devriez faire pour prévenir ce que vous qualifiez de hold-up électoral de l’ex-régime ivoirien ? 

JMS : Nous avons déploré, vous le savez, depuis 2003, puisque les choses ont commencé aux lendemains de l’Accord de Marcoussis, l’instrumentalisation d’un sentiment anti-français en Côte d’Ivoire. […]

 

MA : Tout aurait donc commencé avec l’accord de Marcoussis, et non avec les massacres du 19 septembre à Abidjan et à Bouaké, par les futurs protégés de J.M. Simon ! 

 

JMS : […]. A mon sens, il ne correspond pas du tout au sentiment réel et profond des Ivoiriens, avec lesquels les Français se sont toujours parfaitement entendus. Je crois d’ailleurs que peu à peu le camp Gbagbo avait compris qu’il ne servait à rien de s’attaquer à la France. On constate qu’au cours de cette crise postélectorale, on a peu touché aux intérêts français, ou même à la Force Licorne.

 

MA : Les journalistes auraient pu saisir l’occasion de ce propos passablement confus pour apprendre ou rappeler à J.M. Simon que c’est une caractéristique constante de l’histoire politique des Ivoiriens : déjà en 1949-1950, au plus fort des « événements de la CI » comme on disait à l’époque, aucun Français ne fut tué, ni même molesté. En revanche, eux ne se sont pas privés de massacrer les nôtres cette année-là, continuant une tradition séculaire de crimes coloniaux impunis. Mais J.M. Simon a un alibi : en 1950, il restait encore à naître.

 

L’Id’A : Est-ce le rôle d’un ambassadeur, fut-il celui de la France, de s’immiscer dans le processus de proclamation des résultats d’une élection dans un Etat souverain? 

JMS : Vous revenez là sur la question précédente, à laquelle je viens de répondre. Il n’y a eu aucune immixtion. Les résultats ont été proclamés par le président du Conseil Constitutionnel.

 

MA : Lapsus ? J.M. Simon confondrait-il « conseil constitutionnel » et « commission électorale indépendante » ? 

 

L’Id’A : L’ex-régime vous accuse d’avoir fait du faux en vous basant sur des résultats non définitifs pour ameuter la communauté internationale et présenter M. Ouattara comme le Président élu. En un mot, vous n’avez pas attendu la fin du processus électoral avec la décision du Conseil Constitutionnel. N’avez-vous pas induit en erreur Paris et les autres capitales européennes ? 

JMS : Il faut rétablir la vérité des choses. Nous n’avons pas pris position. La France a simplement pris acte des résultats de l’élection. Elle s’en est remise à la certification qui a été faite par le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations-Unies comme c’était son mandat. A partir de ce moment-là, elle a agi sur le plan international pour que la volonté des Ivoiriens soit respectée.

 

MA : A vouloir trop prouver… Comparons ces propos avec ceux d’un autre diplomate françafricain, Jean-Christophe Rufin : « La France doit être leader d’une affaire comme celle-là, encore plus logiquement qu’en Libye. La Côte d’Ivoire se situe dans notre zone d’influence et de responsabilité.[…]. Les Européens n’interviendront pas si la France ne marque pas une direction. Ils pensent que nous avons les clés dans cette zone, ce qui n’est pas faux. […]. Il faut mettre l’Union africaine (UA) dans le coup, ou à tout le moins la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). » N’est-ce pas très exactement ce qui fut accompli dans les conditions et avec les moyens que l’on sait ? J.M. Simon espérait-il vraiment qu’on le prendrait au sérieux, quand il affirme : « Nous n’avons pas pris position. Etc. », surtout après avoir situé l’origine de la crise à Marcoussis ? Mais il vrai que quand un Français de cette sorte s’adresse à des nègres, il se croit tout permis.

 

L’Id’A : Qui est à la base de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire ? Est-ce Young Jin Choi, Laurent Gbagbo ou Alassane Ouattara ?

MA : Question étrange : pourquoi Choi, et pas Simon ou Carter Trois ? Au moins le Sud-Coréen était-il dans son rôle, alors que Simon et Carter, qui furent beaucoup plus présents que lui au moment de la forfaiture de Youssouf Bakayoko, n’avaient, eux, aucune légitimité à faire ce qu’ils faisaient, et qu’ils ne le firent que parce qu’ils étaient les représentants de deux grandes puissances financières et militaires.

JMS : […]. Je crois que la responsabilité est très claire dans cette affaire. Elle revient naturellement au clan Gbagbo qui n’a pas voulu respecter le verdict de cette élection qui s’est déroulée dans des conditions remarquables. Je vous rappelle que l’on a observé plus de 80% de participants aux deux tours de cette élection, ce qui ne s’est jamais vu en Afrique […].

 

MA : Où J.M. Simon fait le sophiste. Certes, ce taux de participation – lors du premier tour – a bien ce sens là, mais en même temps, vu ce qui s’est passé depuis, il signifie encore autre chose ; autre chose qu’on pourrait opposer à J.M. Simon, et qui se vérifiera lors des législatives prochaines. Sans compter que ce qui est du premier tour ne l’est pas du deuxième. Après le second tour, tout le monde avait d’abord annoncé un taux de participation inférieur de plus de 10% par rapport à celui du premier, jusqu’à ce que Youssouf Bakayoko, puis Choi inventent les 80% de participation qui leur permirent de trouver plus de 600.000 voix supplémentaires à d’ajouter au score supposé de Ouattara ; 600.000 voix qui vinrent ainsi, très opportunément, remplacer celles que le Conseil constitutionnel s’apprêtait à annuler en raisons des fraudes massives constatées dans les régions occupées par les soi-disant « forces nouvelles ». 

 

L’Id’A : Cette présidentielle en Côte d’Ivoire s’est déroulée sans le désarmement des ex-rebelles et la réunification du pays. Votre pays n’a-t-il pas provoqué le chaos en faisant pression sur Laurent Gbagbo pour organiser de manière précipitée des élections malgré la partition du pays ?

 

MA : C’est ce qui s’appelle tendre la perche à son interlocuteur. Voilà qui laisse à penser que les autres questions furent aussi construites en fonction des réponses que J. M. Simon tenait déjà prêtes. 

 

JMS : […]. Attendre cinq ans pour organiser une élection, je n’appellerai pas cela de la précipitation ! Cette élection était attendue par les Ivoiriens, je ne pense pas que l’absence de réunification totale du pays ait pesé en quoi que ce soit sur le verdict final des urnes. […]. 

 

MA : Ben voyons ! Peut-on faire mieux dans l’effronterie ? Mais une telle réponse est aussi l’indice que J.M. Simon n’est pas si à son aise avec cette histoire qu’il veut s’en donner l’air. Car, même pour lui, il aurait mieux valu que ces élections se déroulent dans un pays vivant sous la même administration, quelle qu’elle fût, du nord au sud et d’est en ouest. Pourquoi, et par la faute de qui cela ne fut-il pas possible ? C’est probablement la faute à tous les protagonistes, y compris Laurent Gbagbo, mais aussi y compris la France et son représentant, entre autres… Mais quoi qu’il en soit,  c’est une belle connerie de prétendre que l’absence de réunification n’a pas pesé sur le résultat.

 

L’Id’A : Laurent Gbagbo et ses partisans accusent votre pays d’avoir opéré un coup de force pour installer au palais présidentiel, votre pion, Alassane Ouattara alors qu’il n’a pas gagné les élections. Que répondez-vous à cette déclaration ? Qui a arrêté Laurent Gbagbo, son épouse et ses enfants ainsi que ses collaborateurs ? Est-ce vos forces avant de les remettre au commando dit mystique ? 

JMS : Il faut être sérieusement de mauvaise foi pour parler de coup de force de la part de la France. Il y a eu de la part de M. Gbagbo un rejet du verdict populaire, des intimidations sur la population, qui sont allées jusqu’à des massacres. On a vu, il y a plusieurs semaines, à Abobo une centaine de cercueils qui rappelaient de façon très douloureuse ce qui s’est passé. La France s’est contentée, []

 

MA : J.M. Simon souffrirait-il d’une forme de cécité qui ne lui permet de voir les morts et de les comptabiliser que lorsqu’il s’agit de « victimes de M. Gbagbo » ? Un décompte sérieux et honnête de toutes les victimes de cette crise depuis le 19 septembre 2002 montrerait à coup sûr qu’elles furent plus souvent le fait de ses protégés que celui des partisans de Laurent Gbagbo. Même après la forfaiture de Y. Bakayoko qui permit à l’Onu, instrumentalisée par la France et les Etats-Unis, de proclamer Alassane Ouattara président élu de la République de Côte d’Ivoire, et tant que ce dernier n’avait pas prêté serment, Laurent Gbagbo restait le chef de l’Etat légitime, responsable du maintien de l’ordre que troublaient à dessein les provocateurs ouattaristes. 

 

JMS : […] avec l’ONUCI et en vertu de la résolution 1975 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, de détruire des armes lourdes, qui non seulement menaçaient les populations mais les terrorisaient et les agressaient. Elle est intervenue en liaison avec la force des Nations-Unies et avec un mandat très clair du Conseil de Sécurité des Nations-Unies. Maintenant, quant à l’arrestation de monsieur Gbagbo, je crois que les choses sont claires : il a été arrêté par les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire qui sont intervenues à l’intérieur de sa résidence. A aucun moment, aucun Français, militaire ou civil, n’a pénétré dans cette résidence.

 

MA : C’est un déhonté mensonge, mais c’est surtout le signe d’un embarras certain. Peut-être J.M. Simon espère-t-il qu’on ne croirait pas un ambassadeur si bien en cours capable de mentir avec un tel aplomb, et qu’on goberait tout ce qu’il raconte. Mais on peut vérifier sur le web que le jour où Laurent Gbagbo et les siens furent amenés à l’hôtel du Golf, les couloirs de cet établissement grouillaient de soldats portant en écusson les couleurs françaises. Il y a même des vidéos où, étrangement, l’image est brouillée mais pas le son ; ce qui laisse à penser qu’on l’a fait exprès pour cacher des gens qui n’avaient pas à être là. Mais, en tout état de cause, à qui fera-t-on croire qu’au niveau d’engagement où se trouvait la France et que du reste son ambassadeur revendique en toute clarté, elle aurait pris le risque d’abandonner la conclusion de cette affaire à l’ersatz d’armée ouattariste, sans s’assurer d’une manière quelconque que son inexpérience ne ferait pas tout rater ? 

L’Id’A : Concernant Désiré Tagro, vous êtes la dernière personne à avoir communiqué avec lui sur son téléphone portable car choisi par Laurent Gbagbo afin de négocier un cessez-le-feu pour permettre au chef de l’Etat et à ses proches de sortir sans violence de la résidence. Pouvez-vous faire éclater la vérité sur les circonstances de la mort du ministre Désiré Tagro ?

 

MA : C’est un autre indice de bidonnage : il y a certes un mystère Tagro ; mais ce n’est pas le seul. Il y a aussi le cas du colonel-major Babri Gohourou, porte-parole de l’armée loyaliste, qui se rendait en délégation à la résidence de France en compagnie d’Alcide Djèdjè, notamment, pour y négocier un cessez-le-feu, et qui fut tiré dans le dos par un sniper embusqué dans cette résidence. Et, avant eux, il y avait eu celui de Philippe Rémond, un enseignant français connu pour son soutien à Gbagbo ­­– un peu comme Yves Lambelin, qui sera, lui aussi, tué par « des inconnus », mais, si je puis dire, avec les honneurs de la République –, qu’on a trouvé mort, à Yamoussoukro, dans sa chambre d’hôtel, le lendemain de la prise de cette ville par les bandes outtaristes. Mais ces « questions-là ne seront pas posées »… et J.M. Simon n’aura donc pas à y répondre.

L’Id’A : Aujourd’hui, Laurent Gbagbo a été fait prisonnier. Quel regard portez-vous sur les poursuites contre l’ancien Président et ses proches ? N’y a-t-il pas une justice des vainqueurs contre les vaincus, quand on voit les Forces nouvelles qui sont libres de leurs mouvements, malgré les exactions qu’elles sont soupçonnées avoir commises ? N’y a-t-il pas deux poids, deux mesures?

JMS : Il y a bien entendu une responsabilité écrasante de la part de celui qui a refusé le verdict des urnes et n’a pas hésité à provoquer des massacres, qui ont fait, rappelons-le, trois mille morts recensés. Le nombre réel de victimes est d’ailleurs probablement beaucoup plus élevé. Maintenant, qu’il y ait eu de l’autre côté certaines exactions, je crois que personne ne le nie.

 

MA : « […] qu’il y ait eu de l’autre côté certaines exactions »… J’ai peine à croire qu’un homme qui n’aurait rien à se reprocher, qui n’aurait donc pas besoin de se disculper par tous les moyens possibles, y compris les plus odieux, pourrait, sur pareil sujet, mentir avec un tel sans gêne. Sans doute, cet ambassadeur, qui est pratiquement à la retraite mais qu’on prolonge ici probablement parce qu’on ne trouve personne d’autre pour finir le sale boulot qu’il a commencé, ne ressent même plus le besoin de défendre son image d’homme ni même, peut-être, son honneur. 

L’Id’A : Arrivé en pleine crise en Côte d’Ivoire, aviez-vous une mission spécifique à accomplir dans ce pays ? En êtes-vous satisfait ? Que retenez-vous de votre passage dans ce pays ?

JMS : […]. J’ai été extrêmement frappé par cette volonté des Ivoiriens de sortir de la crise, et qui a permis aux choses de rentrer dans l’ordre aujourd’hui. Si je devais résumer la mission qui était la mienne, c’était de faire en sorte que cette relation entre la France et la Côte d’Ivoire, qui est une relation très forte, très ancienne et très fraternelle, soit restaurée durablement et sans arrière-pensée, ni d’un côté, ni de l’autre. […]. 

 

MA : En clair, J.M. Simon veut dire qu’il a été envoyé pour ressusciter Houphouët… Mais ce n’est pas le plus absurde. Le plus absurde, c’est qu’il croie et veuille faire croire qu’il a parfaitement rempli cette mission christique. Mais, enfin, il aurait tort de se gêner, car il a vraiment beau jeu. Et pas seulement vis-à-vis de nous autres…

A l’Elysée, comme à Matignon, comme au Quai d’Orsay, ses supérieurs ignorent absolument tout de la Côte d’Ivoire et des Ivoiriens…

(Souligné par nous : M.A.)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by chato9.over-blog.com - dans Actualite politique ivoirienne
commenter cet article

commentaires