Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 23:48

Pas un seul jour, pas une semaine ne passe sans que la presse ne se fasse l’écho des exploits de certains éléments des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). Cette armée de « sauveurs », pour parler comme le procureur de la République, après nous avoir, dit-on, sortis des griffes d’un « dictateur féroce » est en train de nous récupérer le tribut de la libération.

Mercredi dernier, c’est du côté de Port-Bouët que certains de nos vaillants héros ont monnayé leur expertise. Contre espèces sonnantes et trébuchantes. Bien sûr ! Sollicités par un opérateur économique contrarié dans la réalisation de son projet, ils ont débarqué armes au poing pour mettre au pas des contestataires qui s’opposaient à la destruction d’un espace vert où ils venaient de temps à autre se ressourcer et se recréer.

Coups de feu tirés en l’air, tant pis pour les balles qui retombent qui parfois tuent, bastonnade en règle, etc. Ces éléments de l’armée républicaine, comme sur un champ de bataille, n’ont pas fait de quartier. Pourtant l’ennemi avait capitulé, très facilement. Leurs hauts faits d’armes ont permis de rétablir l’opérateur économique dans ses droits. On ne peut qu’applaudir l’efficacité et la brutalité de l’intervention.

Bien avant, c’est au marché gouro d’Adjamé que s’étaient retrouvés certains éléments de l’Armée nationale. Là, ils ont procédé à la collecte de l’impôt de capitation (tout à fait ! Comme au temps béni des colonies) auprès des pauvres commerçants traumatisés et qui n’ont eu d’autre choix que de s’exécuter. Au moins une armée qui assure et rassure les bailleurs de fonds et les investisseurs sur sa connaissance des dossiers économiques et financiers.

A un intervalle rapproché, c’est un commissariat de police, dans le district d’Abidjan qui subissait l’ire d’un Commandant parce que sa belle-sœur y avait été gardée.

Percepteurs d’impôts, préposés au maintien et au rétablissement de l’ordre dans la cité, régulateurs de la circulation routière, officiers de police judiciaire, juges, etc. la nouvelle armée ivoirienne est une vraie armée d’experts en tous genres.

Au regard de la récurrence des agissements de certains éléments des Frci – parce qu’ils ne sont pas tous des voyous, il y a de vrais professionnels des armes parmi eux –, surtout qu’ils se déroulent au vu et au su de tous, y compris de la hiérarchie militaire et des autorités civiles compétentes, la tentation est forte de se demander (sans mauvaise foi aucune) : est-ce là quelques unes des missions assignées à l’Armée nationale, dans les pays moins démocratiques que le nôtre ?

Parce que si, la Côte d’Ivoire veut effectivement devenir un pays émergent à l’horizon 2020, elle doit, dès maintenant commencer à réfléchir sur ce qu’elle va faire de cette armée pléthorique qui est la sienne aujourd’hui.

Parce que, comme le confessent tous les experts en la matière présents en ce moment dans notre pays, les menaces d’une invasion extérieure étatique contre la Côte d’Ivoire sont quasiment nulles. Alors, qu’est-ce que ce pays a à faire avec une armée de plus de 45 mille personnes ?

Pendant que la police et la gendarmerie dont il a le plus besoin pour sa sécurité intérieure plus menacée qu’on ne le croit, n’ont ni les moyens ni les effectifs nécessaires pour accomplir leur boulot ?

 

Valéry Bony

Source : L’Eléphant Déchaîné 14-17 décembre 2012

 

EN MARAUDE DANS LE WEB

Sous cette rubrique, nous vous proposons des documents de provenances diverses et qui ne seront pas nécessairement à l'unisson avec notre ligne éditoriale, pourvu qu'ils soient en rapport avec l'actualité ou l'histoire de la Côte d'Ivoire et des Ivoiriens et que, par leur contenu informatif, ils soient de nature à faciliter la compréhension des causes, des mécanismes et des enjeux de la « crise ivoirienne ».

Partager cet article

Repost 0
Published by chato9.over-blog.com - dans EN MARAUDE DANS LE WEB
commenter cet article

commentaires