Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 10:46

Monsieur le Directeur,

 

Dans l’article intitulé « L’arrestation de Séka Séka livre ses secrets. Comment les RG français ont planifié le coup » (« Le Temps » du 20 octobre), votre collaborateur Brence Guéhi écrit : « Ouattara et ses soutiens français viennent de créer un autre dangereux précédent. Celui-ci au niveau de l’histoire de l’aviation civile africaine. En effet, au mépris des accords internationaux et autres textes qui régissent ce secteur, Ouattara a fait extraire de force un passager d’un avion de ligne. » En fait, cet acte caractérisé de piraterie n’est pas le premier dont de prétendues autorités ivoiriennes se rendent coupables ou qu’elles couvrent – c’est d’ailleurs le sens que suggère le titre de cet article, et c’est le mot qui convient –, mais le troisième.

Le premier a eu lieu avant l’indépendance ; en 1959 très exactement, et la victime en fut le regretté Harris Mémel Fotê. Ancien président de l’Union générale des étudiants de Côte d’Ivoire (Ugeci), Mémel Fotê avait rejoint la Guinée indépendante à la fin de ses études, comme de nombreux autres jeunes intellectuels progressistes de ce temps. En 1959, Kwame Nkrumah en visite officielle en Guinée l’avait invité à l’accompagner dans son voyage retour, qui se fit par mer comme le voyage aller. Après un bref séjour à Accra, Mémel s’en retournait à Conakry par un vol régulier de KLM, la compagnie hollandaise. A l’escale d’Abidjan, il fut extrait de force de l’avion, emprisonné sous l’inculpation ridicule d’« atteinte à la situation diplomatique de la Côte d’Ivoire », un pays qui était encore une colonie et dont le principal dirigeant du parti dominant ne souhaitait alors qu’une chose, à savoir qu’il ne devienne jamais indépendant et ne possède donc jamais les moyens de conduire sa propre diplomatie ! Jugé pour ce délit imaginaire, Mémel fut lourdement condamné, histoire sans doute de faire un exemple de nature à décourager d’autres diplômés ivoiriens d’imiter son exemple.

Le deuxième, c’est l’arrestation de Louis-Lansana Béavogui, alors ministre des Affaires étrangères de la Guinée (Conakry), le 26 juin 1967, dans l’avion de la PanAm qui le ramenait de New York et qui fut forcé d’atterrir à Abidjan. Si dans le cas de Mémel Fotê la main de la France restait peu visible, quoique bien présente, dans le cas Béavogui en revanche, cela crevait les yeux. Quelques mois auparavant, le 19 février 1967, un soi-disant chalutier battant pavillon ivoirien, le « Kerisper » – un nom bien ivoirien, n’est-ce pas ? –, avait été arraisonné dans les eaux territoriales guinéennes. L’acte de piraterie contre le chef de la diplomatie guinéenne se voulait donc une mesure de rétorsion. En fait, il signait surtout le premier délit, révélant du même coup sa véritable nature. Car enfin, les histoires de chalutiers braconnant dans les eaux territoriales d’un pays tiers qu’on arraisonnait étaient légions, et on n’arrêtait pas un ministre des Affaires étrangères chaque fois que se produisait un tel incident ! D’ailleurs, c’était une époque où la France, en la personne de Jacques Foccart, ne manquait pas une occasion de provoquer le régime de Sékou Touré. Et Dieu sait quel rôle Foccart fit jouer à la Côte d’Ivoire, avec la complicité active d’Houphouët, dans sa guerre secrète contre Sékou Touré.

Si vous regardez la page Wikipédia consacrée à Lansana Béavogui, vous verrez que sa mésaventure d’Abidjan n’y est pas mentionnée. En revanche, on y signale celle dont il avait été victime, à Accra, l’année précédente. En octobre 1966, pour se venger du fait que Sékou Touré avait non seulement offert l’asile à Kwame Nkrumah après son renversement, mais l’avait encore symboliquement associé à la direction suprême de la Guinée, le régime prooccidental installé cette année-là à Accra avec l’aide des services étatsuniens et français opérant depuis Abidjan imagina d’arrêter son ministre des Affaires étrangère qui transitait à Accra sur le chemin d’Addis-Abeba où il allait participer à une importante réunion de loua.

L’oubli de l’incident d’Abidjan par les informateurs de Wikipédia est révélateur de la complaisance dont certains médias font toujours preuve vis-à-vis d’Houphouët. A l’inverse, le rappel de celui d’Accra montre que ces gens sont tout de même conscients du caractère délictueux, au regard du droit international, de tels actes. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils font tout pour qu’on les oublie quand leur rappel risquerait de trop ternir la fausse gloire d’Houphouët.

Pour conclure, je voudrais insister sur cette idée qui court tout au long de cet article et que je partage tout à fait : le pouvoir qu’on nous a imposé à coups de canon le 11 avril est de la même nature, et il a la même finalité que le régime de terreur instauré en 1963 à la faveur du coup des « faux complots ». Récemment, lors d’une étrange célébration à la mairie de Port-Bouët, l’ambassadeur français Jean-Marc Simon, le grand stratège du coup d’Etat ouattariste du 11 avril, en fit l’aveu dans un langage remarquablement décomplexé : « Après dix années de souffrance, voici que la France et la Côte d'Ivoire que certains, poursuivant des buts inavoués, ont voulu séparer d'une manière totalement artificielle, se retrouvent enfin dans la joie et dans l'espérance. (...). Nous avions su inventer vous et nous, sous l'impulsion du président Félix Houphouët-Boigny et du Général de Gaulle, cet art de vivre ensemble qui étonnait le monde et qui faisait l'envie de toute l'Afrique. » (Le Nouveau Réveil 18 juin 2011).

Nous avons l’impérieux devoir de porter à la connaissance de nos compatriotes, à tous mais tout spécialement à ceux qui sont restés debout après le 11 avril, chaque fait, chaque parole qui en apporte la preuve. En fouillant si nécessaire le plus loin que nous pouvons dans nos mémoires.

Salut et fraternité à vous et à toute l’équipe du « Temps ». Merci pour le beau travail que vous faites malgré les énormes difficultés que j’imagine.

Marcel Amondji (le 26 octobre 2011)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by chato9.over-blog.com - dans Actualite politique ivoirienne
commenter cet article

commentaires