Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 19:20

On peut changer de gouvernement et donner quelques strapontins ministériels à l’opposition, mais si l’esprit est le même, si les libertés publiques et démocratiques sont toujours bafoués. On n’est pas du tout avancé. C’est comme un premier Ministre du PDCI et un ministre des affaires présidentielles, frère du président avec plus de pouvoir que le chef du gouvernent.

L’idée d’un ministre, frère du président de la république en Allemagne, en France ou en Italie est presque impossible. Souvenez vous du tollé provoqué en France quand Sarkozy avait voulu mettre son fils, Jean Sarkozy, à la présidence du conseil d’administration de l’établissement public pour l’aménagement de la région de la défense.

Changer pour plaire aux regards de l’étranger sans changer la nature même du régime ne fait pas avancer un pays. Les Ivoiriens veulent vivre libres chez eux sans les Zozos, les Gogos, les dozos et leurs frères FRCI à leurs portes tous les matins à cause de leurs appartenances ethno-religieuses.

Ceux qui sont originaires du Nord et qui rient aujourd’hui de toutes leurs dents des mésaventures et des souffrances des autres Ivoiriens oublient qu’ils sont en Côte d’Ivoire, c’est-à-dire une des terres les plus versatiles du continent africain. Le gouvernement qui n’est pas capable d’aller vers cet objectif de paix pour tous, est un gouvernement d’incohérence nationale. Il aura certainement des suiveurs qui seront eux aussi les réfugiés de demain.

Nous sommes de ceux qui ont gardé leur liberté de penser sous tous les régimes qui ont dirigé la Côte d’Ivoire depuis l’indépendance jusqu’à ce jour. Les partis politiques tiennent jalousement dans leurs valises un listing de leurs membres et sympathisants. Ils peuvent tous témoigner malgré la mauvaise foi qui est une seconde religion chez eux que nulle part nous sommes avec eux.

Nous sommes tout simplement de ceux qui sont libres d’esprit et qui élèveront toujours la voix quand les libertés démocratiques seront en danger et surtout quand la belligérance et l’intolérance ne seront plus supportable pour les Ivoiriens. Nous sommes donc des hommes libres, il est parfois difficile dans un pays où les uns et les autres se déterminent à travers, leur ventre, leur région, leur religion et leur groupe ethnique de comprendre ce qu’est un homme libre.

Libre dans le cas qui nous concerne, veut dire qu’on n’a pas mangé à la table d’Henri Konan Bédié et de son ivoirité. Qu’on était loin du général d’opérette, Robert Guéi et de sa soldatesque. Que nous avons brandit à la face du monde la refondation patriotique, ses limites et ses incohérences. Que nous ne nous reconnaissons pas dans le dozoland et la guerre interminable du Dr Alassane Ouattara contre les Ivoiriens qui ne sont pas musulmans et originaire du Nord de la Côte d’Ivoire.

Un fois cela dit mettons nous d’accord sur ce qui doit nous réunir, car à moins d’être fou, un pays sans police ni gendarmerie, un pays ou des hommes armés peuvent vous enlever devant votre famille et vous faire disparaître à jamais n’est pas un pays pour aller en vacances ou aller investir.

Pour que la Côte d’Ivoire se relève, il faut rassurer les Ivoiriens en jetant les bases d’un pays vivable pour tous. Les Ivoiriens doivent-ils être musulmans pour vivre en paix en Côte d’Ivoire ? Faut-il être ressortissant du Nord pour vivre en paix en Côte d’Ivoire ? Car les ressortissants du Nord ne sont pas inquiétés. Ils ne sont pas enlevés et jouissent de toutes les libertés constitutionnelles.

Ne trouvez-vous pas bizarre que les 99% des prisonniers politiques sont tous des chrétiens ? Que leurs geôliers sont tous des musulmans, c’est quand même bizarre que la plupart de ceux dont les maisons sont occupées par les dozos, les zozos et autres FRCI soient des chrétiens ? C’est aussi étonnant que la plupart des cadres de l’administration publique qui ont perdu leur poste soient tous des chrétiens ?

Y a-t-il dans le fond la guerre d’un gouvernement à majorité musulmane contre le Sud chrétien de la Côte d’Ivoire ? Si des réponses n’apparaissent pas sur des questions aussi graves, le Dr Alassane Ouattara, nous met tous dans un doute préjudiciable au vivre ensemble des Ivoiriens.

Il n’y a peut-être pas un syndrome antichrétien mais les faits sont sous nos yeux et le gouvernement du Dr Alassane Ouattara ne rassure personne, à par ses apparatchiks. En ce qui concerne les réfugiés ivoiriens au Ghana, au Togo, au Bénin ou en Guinée.

La constitution ivoirienne, par des dispositions claires et précises, demande au gouvernement de mettre tout en œuvre pour que la situation de réfugié ne soit pas éternelle pour un Ivoirien. Or il se trouve que la situation sécuritaire déconseille aujourd’hui à un Ivoirien de rentrer chez lui car bizarrement il est plus en sécurité au Liberia que chez lui à Duékoué, Danané, Logoualé ou Man.

Tout cela nous fait regretter les promesses du Dr Alassane Ouattara. Ou sont les solutions qu’il proposait hier concernant une Côte d’Ivoire juste, pays du dialogue, du partage, de la paix et de la fraternité ivoirienne ? Ceux qui comme nous s’expriment ici librement ne sont ni des opposants, car ceux là sont dans les partis politiques et sont connus pour leur appartenance, il s’agit ici de tirer la sonnette d’alarme devant l’immense précipice vers lequel se dirige la Côte d’Ivoire.

Un ami américain nous demandait hier encore, et si le Dr Alassane Ouattara signait un décret d’amnistie pour favoriser la paix civile et le retour des réfugiés. Notre réponse sur ce point est claire. Où va-t-il mettre les dozos, cela veut dire qu’il doit rendre les maisons occupées par ceux-ci à leurs vrais propriétaires.

Cela veut dire rétablir de nombreux Ivoiriens qui ne sont pas du Nord dans leurs droits, mais c’est impossible pour lui puisque la revanche du Nord sur le Sud et le rattrapage ethno-religieux et tribal est le but de son mandat. Il ne pourra jamais s’engager dans une telle voie.

Même si demain un décret d’amnistie est publié au journal officiel, ils seront très peu à rentrer au pays. Parce que le Dr Alassane Ouattara n’a pas su construire la confiance avec les Ivoiriens. Il n’a pas confiance aux Akans qui ont construit l’ivoirité contre lui. Il n’a pas confiance aux Bétés, aux Wês, et aux Krous qui n’ont pas voté pour lui.

Pour lui le PDCI est un nid de vipères. Le FPI, est un parti qu’il faut mettre à genoux. Dans cette logique il n’y a pas de place pour la neutralité, les esprits libres comme nous, sont des gens à écraser ; au besoin on s’en prendra à leur famille sur place s’ils sont à l’extérieur, comme à l’époque coloniale.

Telle est la situation délétère créée par le Dr Alassane Ouattara. C’est ce qui rend impossible la réconciliation nationale. Il n’y a pas chez lui une envie et une volonté de respecter les Ivoiriens qui ne sont pas de son groupe ethnique. Il est exactement dans un état psychique, psychologique et pathologique, proche de Joseph-Désiré Mobutu quand il s’emparait du pouvoir politique dans le Congo de joseph Kasavubu, le 24 novembre 1965 à Léopoldville, aujourd’hui Kinshasa.

Pour ceux qui veulent retourner dans un pays de Dozos, de Gogos et de Zozos, nous leur disons ici qu’il n’y a pas pire dans un pays africain que lorsque l’armée mono-ethnique détient une licence de meurtre et n’a rien à craindre de l’Etat qui le couvre au lieu de défendre le droit du citoyen.

Il y a des exemples qui sont devant nous. Il n’est pas nécessaire d’aller au ciel ou sur la planète Mars pour comprendre qu’il faut se méfier d’un gouvernement qui banalise le meurtre et le sang de ses propres citoyens. Nous voulons rappeler ici le sort que Mobutu et son gouvernement avaient réservé à Pierre Mulélé.

L’assassinat de Pierre Mulélé reste une des taches les plus sombres du mobutisme. En 1968, Mobutu proclame l’amnistie et demande à tous les opposants et exilés de rejoindre la République qui a besoin de tous ses enfants pour affronter les grands défis du développement et la construction d’une nation prospère pour tous. Les mots que nous utilisons ici étaient exactement ce qu’utilisait Mobutu lui même en son temps.

Il y a toujours dans la vie des hommes suffisamment naïfs pour croire à ces genres de boniments. Le 13 septembre 1968, alors que la guérilla est depuis longtemps vaincue, Pierre Mulélé, ancien ministre de l’Education nationale de Patrice Lumumba. Arrivé à Brazzaville avec sa compagne Léonie Abo et trois autres compagnons, ils se mettent sous la protection du président Congolais, Marien Ngouabi.

Des négociations sont engagées pour son retour. Le ministre Zaïrois des affaires étrangères, Justin-Marie Bomboko Lukumba, arrive à Brazzaville le 28 septembre 1968 et déclare à la radio, nous avons la cassette : « l’amnistie générale décrétée à Kinshasa par le Général Mobutu est valable pour tous. Nous accueillons donc M. Mulélé en frère. Il travaillera avec nous pour la libération totale de notre pays ».

Quelle belle promesse et quel beau message venant d’une dictature criminelle ? Mulélé, malgré les avertissements de ses proches et les conseils des lumumbistes qui lui répètent que Mobutu va le tuer, prend le risque de traverser le fleuve, parce que Mobutu a donné sa parole d’honneur.

Un homme qui n’a que son pouvoir et son avenir personnel comme but de vie n’a pas de parole d’honneur car, justement, il n’a pas d’honneur. Quel est la valeur de la parole de l’homme qui avait livré hier encore Patrice Lumumba aux sécessionnistes Katangais ? N’est-il pas plus sûr de croire à la parole du diable qu’à celle de Mobutu ?

Mulélé est accueilli en grande pompe à Kinshasa et le général Bobozo, celui-là même qui avait naguère veillé sur Lumumba à Thysville, aujourd’hui Mbanza-Ngungu, donne une réception en son honneur. Le soir il se rend à la résidence de Bomboko, où il passe la nuit. Ses proches, ses fidèles viennent féliciter l’ex-rebelle, tout en lui conseillant d’être sur ses gardes.

Le 2 octobre 1968 à 17 heures, on vient annoncer à Pierre Mulélé que la population l’attend au stade Tata Raphaël et se prépare à le saluer comme un des compagnons de Patrice Lumumba. Ce sera son dernier voyage. Pierre Mulélé, sa compagne Faustine Abo, son ami Théodore Bengila, prennent place dans la voiture mise à leur disposition par leur hôte, Justin-Marie Bomboko, qui se garde d’y aller avec eux.

Ils seront conduits au camp militaire Kokolo. Mulélé et Bengila vont être assassinés dans la nuit du 2 octobre 1968. La cruauté et la bestialité avec lesquelles Mulélé et ses compagnons d’infortune vont être mis à mort couvriront à jamais d’ignominie et de honte le régime criminel de Mobutu qui a ordonné une telle sauvagerie.

Avant de mourir, Pierre Mulélé, connaîtra des souffrances extrêmes, raconte Justin Marie Bomboko dans le livre de Ludo Martens : « Alors qu’il était vivant, ses bourreaux lui arrachent les oreilles, lui coupent le nez, retirent ses yeux de leurs orbites. Ils lui arrachent les organes génitaux. Alors qu’il est toujours vivant, ils lui amputent les bras et les jambes. Les restes de son corps seront ensuite jetés dans un sac et immergés dans le fleuve Congo. Théodore Bengila a subi le même sort ».

Ces meurtres cruels illustrent toute la bestialité du président Mobutu et de son régime. Le devoir de mémoire nous impose de revisiter ces témoignages insoutenables pour que les Mobutus d’aujourd’hui sachent que l’Afrique entière se souvient encore de l’horreur qui se dégage encore de la mise à mort cruelle et sadique de Pierre Mulélé.

Alors nous disons ici à tous ceux qui sont au Ghana d’observer le sort que les FRCI ont réservé à Jean-Jacques Béchio, à Bro Grébé, aux Pr. Aké Ngbo, Aboudramane Sangaré à Affi N’Guessan et à Michel Gbagbo et vous comprendrez bien vite ce qui vous sera réservé comme cadeau de bienvenue si vous rentrez comme un cheveu sur la soupe dans le dozoland du Dr Alassane Ouattara.

Votre sort sera pire que celui de Pierre Mulélé. Car les FRCI vous porteront en triomphe et feront la bamboula sur ce qui restera de vous, si par gentillesse ils ne vous jettent pas dans une lagune infestée de caïmans. Tel est le sort qui attend des réfugiés de la 25e heure. C’est-à-dire ceux qui pensent encore qu’ils y aura une police et une gendarmerie au service du citoyens ivoirien.

Celui qui écrit ces lignes n’est pas un houphouétiste, nous connaissons profondément le parti unique et ses malfaisances pour revendiquer la pensée de celui qui a introduit le tribalisme et la pensée unique dans la culture politique de la Côte d’Ivoire.

Félix Houphouët-Boigny, était pourtant un homme soucieux de l’image de son pays. Il était fier de dire qu’il n’y avait pas de prisonniers politiques dans son pays. Chez les Akan, quand ton règne est associé aux meurtres, à la guerre et au sang des innocents, tu restes dans la mémoire collective comme un homme malfaisant (…).

 

Dr Serge-Nicolas NZI, Chercheur en communication, Lugano (Suisse)

Tel. 0041792465353

Mail : nicolasnzi@bluewin.ch

 

EN MARAUDE DANS LE WEB

Sous cette rubrique, nous vous proposons des documents de provenances diverses et qui ne seront pas nécessairement à l'unisson avec notre ligne éditoriale, pourvu qu'ils soient en rapport avec l'actualité ou l'histoire de la Côte d'Ivoire et des Ivoiriens et que, par leur contenu informatif, ils soient de nature à faciliter la compréhension des causes, des mécanismes et des enjeux de la « crise ivoirienne ».  

 

Source : ivorian.net 15 novembre 2012

Partager cet article

Repost 0
Published by chato9.over-blog.com - dans EN MARAUDE DANS LE WEB
commenter cet article

commentaires