Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 14:06

Comme la vérité sait s’inviter dans une cérémonie même lorsqu’elle a été organisée tout exprès pour l’étouffer !

Le discours de Nicolas Sarkozy devant les résidents français rassemblés sur la base du 43e BIMa – ce truc qu’on n’ose plus appeler par son nom – n’était qu’un tissu de mensonges déhontés, comme aurait dit le regretté Kourouma. Mais, par ce caractère même, il constitue un cynique aveu de ce que lui et ses clients de la sous-région considèrent comme l’enjeu de cette crise ivoirienne dont il était venu célébrer la fin miraculeuse ; un miracle auquel, apparemment, il croit si peu lui-même qu’il a déjà décidé, avant toute négociation avec ADOLF, de maintenir ad aeternam des troupes d’occupation en Côte d’Ivoire.

Mais c’est toutefois Henriette Diabaté qui nous donna la plus belle preuve de ce que cette cérémonie signifiait en réalité pour elle, pour son héros et pour le premier des Français, leur invité d’honneur, quand elle faillit donner à l’heureux élu de la Communauté internationale, du « Monsieur le préfet » au lieu de « Monsieur le président »

Quant à ce dernier, il n’a pas eu un seul mot pour Guillaume Soro, son Premier ministre et le chef de son armée, à qui il doit tant, ni pour son père à qui il ne doit pas moins... Pour Soro, on peut comprendre : le jour où l’on célèbre la victoire de la démocratie, il fallait absolument éviter de prêter le flanc à ceux qui parlent de coup d’Etat... On s’explique moins le silence sur le nom du père, d’autant que le héros du jour tint à rappeler celui de sa mère, hadja Nabintou Cissé, regrettant même qu’elle ne fût pas là pour voir son triomphe.

Pourquoi ce deux poids, deux mesures, vous demandez-vous ? Eh ! bien, rappelez-vous cette vieille histoire de « ET » et de « OU »… et vous comprendrez pourquoi l’élu de la communauté internationale n’a pas convié le fantôme de son Voltaïque de père à son investiture : il fallait absolument éviter de prêter le flanc à ceux qui disent qu’il est le président de l’étranger…

Marcel Amondji (22 mai 2011)

Partager cet article

Repost 0
Published by chato9.over-blog.com - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires