Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 14:26

Les problèmes auxquels la justice ivoirienne est confrontée en ce moment sont inquantifiables. Le palais de justice d’Abidjan-Plateau est le lieu par excellence où le sombre tableau des difficultés qui caractérisent cette justice s’étale au grand jour.Tenez, en matière pénale, où la liberté du prévenu ou de l’accusé ne tient très souvent qu’à l’humeur d’un juge, le tribunal ne dispose pas, depuis belle lurette, d’interprêtes assermentés pour mettre au même niveau de compréhension les juges et le(s) mis en cause lors du procès. «L’Eléphant», qui suit de près les audiences correctionnelles afin d’observer les conditions dans lesquelles la justice statue sur le sort des individus présumés innocents d’une infraction, a pu se rendre compte de ce déficit d’interprêtes dans un « grand palais de justice » comme celui d’Abidjan-Plateau. Voyez  vous-mêmes. Le mardi 29 mai 2012, il est 14 heures 45 minutes lorsque la prévenue Cissé Nassénéba, poursuivie par le parquet pour escroquerie, est appelée à la barre pour répondre de ses actes. Le hic, c’est que la mise en cause, arrêtée en face du juge pour se défendre, ne comprend pas un traître mot de la langue de Molière. Elle ne s’exprime uniquement qu’en malinké, dialecte qu’évidemment, les membres du tribunal ne comprennent pas. Le président du tribunal demande alors de l’aide dans la salle une première fois. Mais personne ne réagit. Cissé Nassénéba est donc priée de regagner le box des accusés à nouveau en entendant qu’un interprête de circonstance soit trouvé. C’est finalement après avoir jugé cinq (5) autres prévenus que le juge rappelle de nouveau la dame à la barre. « Y a-t-il quelqu’un dans la salle qui pourrait nous aider à traduire les propos de la prévenue ? », interroge encore le président. Une dame volontaire pour qui ce dialecte n’a aucun secret se lève dans le public pour venir jouer le rôle d’interprète de circonstance. Sur la traduction de cette dernière, la prévenue est déclarée non coupable. Mais la recherche d’un traducteur assermenté n’a guère préoccupé les responsables du tribunal. Car, trois mois plus tard, l’on revivra la même situation dans le même tribunal. Le mercredi 22 août 2012, à notre passage, à 12 heures 00, au même endroit pour le suivi des audiences correctionnelles, la situation de deux prévenus (nous n’avons pas pu avoir les noms pour défaut d’affichage) d’origine ghanéenne appelés à la barre pour s’expliquer sur les faits qui leur sont reprochés par le procureur, a attiré notre attention. Devinez ! Les deux individus, anglophones, ne comprennent que l’anglais et le juge, lui, ne connaît que vaguement, quelques mots de la langue de Shakespeare. Conséquence donc, il va retourner dans le box des accusés dans l’hypothétique espoir qu’une personne de bonne volonté accepte encore de jouer gratuitement le rôle d’interprète. Il n’y a eu aucun volontaire pour traduire les propos des prévenus. Et les malheureux n’ont pu être jugés. Dossier renvoyé à une autre date. Et peu importe ce que cela peut coûter aux prévenus. « Y a-t-il un traducteur volontaire dans la salle » ? Comment veut-on faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 avec une justice pareille ?

 

Noël Konan

Titre original : «Y a-t-il un interprète volontaire dans la salle ? »

 

EN MARAUDE DANS LE WEB

Sous cette rubrique, nous vous proposons des documents de provenance diverses et qui ne seront pas nécessairement à l’unisson avec notre ligne éditoriale, pourvu qu’ils soient en rapport avec l’actualité ou l’histoire de la Côte d’Ivoire et des Ivoiriens, et aussi que par leur contenu informatif ils soient de nature à faciliter la compréhension des causes, des mécanismes et des enjeux de la « crise ivoirienne ».

le-cercle-victor-biaka-boda

 

source : L’Eléphant déchaîné 31 août-3 septembre 2012

 

 

EN GUISE D’ILLUSTRATIONS…

 

Au tribunal de Dimbokro : parler français ou aller au violon

 

Triste mercredi pour Koffi Kouassi Jean. Venu témoigner sur le litige forestier qui oppose son village à la société Beuglot Frères, il n'a pas eu le temps de déposer à la barre du tribunal de Dimbokro. Sur ordre du président Teny Gbayero, il a été conduit au violon. Tout simplement parce que le témoin a émis le voeu de parler dans sa langue maternelle qu’est le baoulé.

« Gardes, menottez-le et faites-le sortir de la salle ! On s’occupera de lui après. » C’est la suite de la requête : « Monsieur le président, mon français n’est pas bon. Je préfère parler en baoulé » formulée par le témoin Koffi Kouassi Jean. Les surveillants pénitenciaires se sont emparés de lui pour le conduire au violon. 

L’audience s'est tenue sans ce témoin venu d’Aboutoukro (84 Km) sur convocation du tribunal.

ton du tribunal. Le geste du magistrat a créé un  désordre momentané dans la salle. « Est-ce qu’on est obligé de perler dans une langue qu’on ne maîtrise pas ? ». « Nous ne sommes pas des Blancs. » «Le juge veut nous intimider», entendait-on ici et là dans la salle.

M.Koffi Kouassi, dit Aboutou, le principal inculpé, quqlifie la réaction du président du tribunal de Dimbokro de « logique par rapport à la négligence que celui-ci affiche vis-à-vis du problême forestier. Il ne peut pas agir autrement quand it pense que c'est par le fruit du hasard que les arbres abattus

se sont retrouvés dans nos plantations. Et que les arbres ne sont pas notre propriété, pourtant quand il y a la sécheresse, c'est nous qui en souffrons d'abord », a-t-il conclu.

Koffi Kouassi Jean a donc payé 2000 F de frais de transport pour se retrouver en prison. Parce qu’il ne peut pas s’exprimer dans la langue de Molière. Alors que devient le poste du traducteur du tribunal de dimbokro ? Violente question.

 

Doua Gouli - Ivoir’Soir 15,16,17 décembre 1995

(source : Archives Marcel Amondji)

 

 

 

« Souvenirs d’un enfant de Bingerville »*

« Avant d’aborder l’apprentissage du fran­çais, la plupart des écoliers de notre pe­tite ville étaient déjà des polyglottes, pour ainsi dire, congénitaux. Nous parlions tous, outre notre langue maternelle, le baulé et le bambara ou dyula. Tout au moins, les formes rudimentaires dans lesquelles ces deux idiomes s’étaient répandus dans toute la colonie sur les traces des conquérants, et s’étaient imposés comme langues d’usage, notamment sur les marchés. Cela n’est vrai, naturellement, que de ceux dont la langue maternelle n’était ni le baulé ni le bambara. Les autres n’avaient besoin de connaître que l’un ou l’autre de ces deux idiomes. Ainsi, nous avions tous deux ou trois langues naturelles, une pour la mai­son, une ou deux autres pour la rue. Ces langues, nous les avions apprises Dieu sait comment. Sans effort et sans fatigue en tout cas. Et, naturellement, nous en usions sans nous préoccuper le moins du monde ni de leurs beautés, ni de leur richesse, ni de leur efficacité expressive. On nous aurait aisément persuadés qu’elles étaient vouées à s’effacer dans l’année même devant le fran­çais… Ce qui ne coûte pas d’effort ni de fatigue a-t-il une valeur et mérite-t-il qu’on y tienne ?

Quant au français... Ah ! le français !...

Chacun de nous conserve dans le vif de sa mémoire les jalons de ses progrès, les stigmates des ef­forts soutenus pour passer d’une étape de ce dur apprentissage à l’autre, et des coups endurés, les cicatrices de sa vanité blessée un jour où il fut le seul de sa classe à tomber dans un subtil piège grammatical que tous les autres avaient éventé... Mon pauvre oncle avait bien tort de s’in­quiéter en nous voyant tellement heureux autour du syllabaire ébrié ! Il n’y avait au­cun danger que nous renoncions à conqué­rir un bien si précieux quelque souffrances que cette aventure nous promît.

Tout ce que nous éprouvâmes, l’interprète-catéchiste l’avait certainement éprouvé avant nous. Lui aussi avait couru cette car­rière. Et puis, pour une raison quelconque, il s’était arrêté, et il avait été rejeté sur la touche. Et désormais il faisait ce métier difficile d’interprète, qui avait déjà perdu beaucoup du prestige qu’il eut du temps de l’interprète principal Coffie, dont le nom et le titre, sous des formes à peine altérées, ont passé dans notre langue pour désigner plaisamment les indiscrets et les importuns, ceux qui s’ingèrent dans les disputes qui ne les concernent pas. Grâce à quoi nous sa­vons avec certitude que les relations entre les derniers Ébrié libres et nos conquérants ne furent ni simples, ni dénuées d’humour. De notre côté du moins.

Y a-t-il encore un cadre des interprètes dans les fonctions publiques des anciennes colonies ? S’ils ont été conservés, il serait intéressant de savoir à quoi on les utilise aujourd’hui. S’ils ont été supprimés ou si on les a laissé s’éteindre, il serait tout aussi intéressant de connaître les motifs de ceux qui l’ont fait ou permis.

Dans son numéro du 10 février 1998, le quotidien Ivoir’Soir paraissant à Abidjan a rapporté les confi­dences d’un certain Nouplézana Ouattara Drissa, haut magistrat dans cette ville. Depuis on en sait un peu plus sur la manière dont les interprètes ont disparu de nos tribunaux : « L’absence d’interprètes au niveau des ju­ridictions dans leur ensemble est due au fait que cette catégorie de personnes appar­tenait au niveau de la fonction publique, au corps des agents temporaires. Certains même étaient des agents journaliers et les autres ont été atteints par la limite d’âge, les nouvelles règles définies au niveau de la fonction publique ne permettant plus de les remplacer. Par conséquent des postes sont restés vacants. » Reste à nous expliquer pourquoi rien ne fut entrepris en temps utile afin de pourvoir au remplacement de ceux que la limite d’âge avait atteints…

Sous l’appellation de gouverneurs ou de préfets, les commandants actuels sont, certes, des indigènes ou des nationaux. Mais d’une part ils ne parlent pas toujours la lan­gue d’usage de leurs administrés et, d’autre part, la langue nationale officielle de nos pays est le français, une langue étrangère à leurs populations aujourd’hui autant qu’elle l’était hier. Au moins, l’existence d’un cadre officiel des interprètes était la recon­naissance de cet état de fait. En le suppri­mant, c’est une promotion extraordinaire et exorbitante qu’on donne au français. On en fait formellement la langue naturelle du pays ; une langue qu’il n’est pas nécessaire de traduire au peuple. Mais la suppression des interprètes n’abolit pas cette réalité tra­gique : la constitution, les lois, les discours solennels des dirigeants de l’Etat, les procla­mations des partis politiques, les journaux et les traités sont rédigés dans une langue que le plus grand nombre des citoyens ne connaissent pas. Dans ces conditions, com­ment les citoyens connaîtraient-ils leurs droits, et comment s’acquitteraient-ils de leurs devoirs, sans des interprètes qualifiés ?

Les Français qui, excepté le Marcel Griaule de Dieux d’eau[1] (et on sait ce qu’il a fait des confidences d’Ogotemmeli !), n’écoutaient pas les indigènes et ne voulaient qu’être obéis d’eux, avaient une conception ori­ginale de la fonction d’interprète. Ainsi, d’après l’administrateur Marc Simon qui a laissé un livre de souvenirs[2] fort instructif, l’interprète principal Coffie ne connaissait aucune des langues parlées dans la région. C’est dire le peu de cas que les colonisa­teurs faisaient déjà des cultures des indi­gènes, ainsi que des supports naturels de ces cultures, les langues, qu’on dira bientôt ver­naculaires, du latin verna, esclave né dans la maison de son maître ! Même si un Maurice Delafosse s’intéressa beaucoup à ces langues vers la même époque, ce n’est que l’excep­tion qui confirme la règle. D’ailleurs, s’est-on assez gaussé de cet administrateur qui se piquait indûment de linguistique ? Les savants insistaient sur son incompétence en la matière, mais aucun d’entre eux n’alla y voir de plus près. Pensez donc, des idiomes nègres ! Parlez-nous plutôt du sanscrit, de l’araméen, de l’égyptien des pharaons... Les langues parlées par les habitants de ces pays qu’on appellerait un jour la France d’Outre-mer ne présentaient aucune espèce d’intérêt pour les colporteurs et les propagateurs de la civilisation occidentale et chrétienne ! »

  

(*) - Extrait d'un livre de Marcel Amondji à paraître aux Editions Anibwe, Paris.


 

1]- Entretiens avec Ogotemmeli, 1948.

2]- Souvenirs de brousse, 1905-1918. Les nouvelles éditions latines, Paris, 1965.

Partager cet article

Repost 0
Published by chato9.over-blog.com - dans Actualite politique ivoirienne
commenter cet article

commentaires